Actualités

Résultats semestriels 2021

23 mars 2021

Pontpierre, France, le 23 mars 2021 – La Française de l’Énergie (Euronext : LFDE – ISIN : FR0013030152), producteur d’énergie à empreinte carbone négative, confirme au 1er semestre 2020/2021 la profitabilité de son activité avec une croissance de l’EBITDA qui atteint 907 K€ et un résultat opérationnel en progression de plus de 150% sur la période. Ces chiffres confirment la résilience du Groupe et sa capacité à poursuivre ses développements malgré un contexte sanitaire et économique difficile.

Comptes consolidés

En milliers d’euros

S1 2020/2021

Juill. – Déc

S1 2019/2020

Juill. – Déc

Variation
Chiffre d’affaires 4 020 4 180 -4%
EBITDA

% du CA

907

23%

712

17%

+27%

 

Résultat opérationnel

% du CA

287

7%

112

3%

+156%

 

Résultat financier (383) (263) -46%
Impôts courants et différés 168 345 -51%
 

Résultat net part du Groupe

% du CA

Intérêts minoritaires

Résultat net

 

102

3%

(30)

72

193

5%

(0)

193

-47%

 

 

-63%

 EBITDA : Résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements

Progression des performances financières opérationnelles du Groupe

Au cours du premier semestre 2021 (S1 2021), le chiffre d’affaires du Groupe s’établit à 4 M€, notamment suite à l’augmentation de la production d’électricité en France et en Belgique au second trimestre 2021 (+23% et +12% respectivement) pour un chiffre d’affaires sur le semestre de 2,9 M€.

Par ailleurs, la belle performance opérationnelle de l’activité gaz sur le site d’Avion a permis de compenser par une hausse des volumes (+25%) l’effet prix défavorable de la période, portant ainsi les revenus issus de la production de gaz à 1,1 M€ sur le semestre.

La gestion maîtrisée des coûts opérationnels a permis de baisser de 13% le coût unitaire du MWh produit par le Groupe et d’atteindre un niveau d’EBITDA de 907 K€, en augmentation de + 195 K€ par rapport à S1 2020. Le sultat opérationnel continue de s’apprécier pour atteindre 287 K€, en hausse de 175 K€ par rapport à S1 2020. Ces chiffres confirment la capacité du Groupe à développer son activité tout en maitrisant sa structure de coûts.

Malgré des charges financières liées à la mise en place de nouveaux emprunts afin de supporter la croissance du Groupe, le Résultat net part du Groupe ressort à +102 K€ sur le semestre.

Structure financière solide et visibilité renforcée

La Française de l’Énergie confirme sa capacité à générer des flux opérationnels positifs de 1,4 M€ sur le semestre. En dépit d’investissements soutenus de 6,3 M€ sur la période, le Groupe voit sa trésorerie se renforcer avec deux emprunts (prêts de la Caisse d’Epargne pour un total de 2 M€ et prêt obligataire participatif de 2,4 M€) venant refinancer les investissements effectués dans le cadre du projet solaire thermique à Creutzwald et du projet de valorisation de gaz, électricité et chaleur à Béthune.

Au 31 décembre 2020, le Groupe affiche une trésorerie de 4,9 M€ (+30% par rapport au 30 juin 2020) et un ratio endettement net/fonds propres conservateur de 33%, laissant ainsi une importante marge de manœuvre pour financer ses futurs développements.

Développement confirmé des leviers de croissance à forte valeur ajoutée

Au cours des 18 prochains mois, le Groupe poursuivra sa trajectoire de croissance et le renforcement de son positionnement unique grâce au déploiement de nouvelles solutions énergétiques locales bas carbone en France et en Belgique. Cinq nouvelles unités de cogénération seront ainsi déployées dès cet été sur les sites d’Avion et Anderlues (3MW dans les Hauts-de-France et 4,5MW en Wallonie)

Par ailleurs la récente acquisition de Greenhill SA en Belgique permet au Groupe de renforcer sa présence en Wallonie sur une ancienne concession minière proche de Charleroi. Des tests ont été réalisées sur deux puits sur cette zone afin de préparer l’installation de nouvelles unités de cogénérations et accélérer la transition écologique de ce bassin minier.

En Lorraine, suite à l’obtention des avis favorables transmis par les enquêteurs publics dans le cadre de l’instruction de la demande de la concession Bleue Lorraine, le Groupe finalise son étude de faisabilité sur la valorisation de ses réserves de gaz sous forme d’hydrogène décarboné, produit par pyrolyse ou vaporeformage. Cette dernière inclut notamment la possibilité de stocker le CO2 dans les charbons et la valorisation des composés secondaires produits par la transformation du gaz de charbon en hydrogène.

L’objectif est de finaliser l’étude des différentes possibilités qui s’offrent au Groupe en termes de valorisation du gaz lorrain afin d’opter pour la solution locale la plus compétitive, économiquement et écologiquement.

Enfin, sur son activité solaire, le Groupe, lauréat d’un appel d’offre de la Commission de Régulation de l’Energie pour un projet photovoltaïque de 15 MW, prévoit le démarrage de la construction de sa première centrale photovoltaïque au sol d’ici fin 2021.

Suite à la mise en production du projet de Béthune et les commandes pour les nouveaux déploiements d’Avion et d’Anderlues, le Groupe a déjà sécurisé près de 50% de son ambition fin 2022 en termes de capacité installée. La Française de l’Énergie confirme donc son objectif d’atteindre un chiffre d’affaires annualisé de 35 M€ et une marge sur EBITDA supérieure à 45% d’ici fin 2022.

Prochain RDV :

Chiffre d’affaires 3ème trimestre 2020/2021, le 27 avril 2021