Actualités

Newsletter – Regain d’énergie n°8

11 mars 2022

EDITO

Chers actionnaires,

le conflit entre la Russie et l’Ukraine accentue fortement les tensions structurelles sur le marché de l’énergie avec pour conséquence des prix du gaz atteignant des plus hauts historiques. Cette situation met, à nouveau, l’accent sur la nécessité d’une plus grande indépendance énergétique de la France. Grâce à ses volumes de gaz en place certifiés, FDE propose des solutions énergétiques concrètes et résilientes, qui peuvent être déployées rapidement une fois les autorisations administratives de l’État obtenues.

Le Groupe répond déjà à la problématique de l’indépendance énergétique, avec sa production d’énergie en circuits courts déployée dans les Hauts-de-France, en Belgique et dans le Grand Est. Par ailleurs, FDE est le détenteur exclusif, en Lorraine, d’importantes réserves de gaz, équivalentes à plusieurs années de consommation française, un gaz d’excellente qualité accumulé dans les charbons à 1000 mètres de profondeur.

« Le modèle vertueux développé par FDE présente des impacts positifs multiples »

Ces volumes de gaz lorrain, récupérables dans les conditions environnementales les plus strictes comme démontré durant les différents tests de production déjà réalisés, offrent une solution locale et pérenne prête à être mise en œuvre. En effet, depuis novembre 2018, l’Etat français instruit la demande de concession pour permettre à FDE de capter ce gaz lorrain afin de fournir un gaz local aux ménages et aux industriels du territoire, pour lesquels la facture énergétique n’a fait qu’augmenter malgré les efforts d’efficacité énergétique portés par nos concitoyens.

Le modèle vertueux développé par FDE présente des impacts positifs multiples et fournit une solution locale, résiliente, créatrice d’emplois et réductrice de l’empreinte carbone du gaz utilisé sur notre territoire, comme indiqué par l’étude de l’Institut für Energie und Umweltforschung de Heidelberg (Bade-Wurtemberg, Allemagne) réalisée en 2016, et qui calculait que l’usage du gaz lorrain avait une empreinte carbone dix fois moindre que le gaz russe importé.

Enfin, l’inclusion du gaz comme énergie de transition dans la taxonomie européenne confirme le positionnement de ce gaz lorrain comme une énergie bas carbone, répondant aux enjeux environnementaux et économiques de la transition écologique.

Il est donc grand temps pour l’Etat d’agir pour le développement des énergies de notre territoire !

La suite dans notre Newsletter PDF

Documents

Newsletter