Actualités

Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2019/2020

22 avril 2020

Progression du chiffre d’affaires 9 mois de 8% à 6,2 M€

Volumes de production aux meilleurs niveaux

Baisse des prix du gaz dans un contexte de crise économique

En milliers d’Euros 2019/2020* 2018/2019 Variation

%

CA 1er semestre (Juill.-Déc) 4 180 3 283 + 27%
CA T3 (Jan-Mars) 2 043 2 481 – 18%
CA 9 mois 6 223 5 764 + 8%

* Chiffres non audités

Forbach, France, le 20 avril 2020 – La Française de l’Énergie (Euronext : LFDE – ISIN : FR0013030152) présente un chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année 2019/2020 s’élevant à 6,2 M€. Au cours de la période, le Groupe augmente de + 35% ses volumes de production en gaz et de + 51% ses volumes de production en électricité verte (France et Belgique). Malgré une baisse des prix du gaz qui s’est fortement accentuée au 3ème trimestre, le Groupe améliore son chiffre d’affaires de + 8% sur les 9 premiers mois de l’exercice confirmant la résilience de son modèle économique.

Hausse de 32% des revenus liés à la production d’électricité verte sur les 9 premiers mois de l’exercice 2019/2020

Le chiffre d’affaires de la production d’électricité verte issue du gaz de mine se porte à 4,6 M€ à fin mars 2020 et progresse de 32% par rapport aux 9 premiers mois de l’exercice 2018/2019. Cette progression reflète l’atteinte d’une production optimale sur le site d’Avion (plus de 94,5% de taux de disponibilité moyen) et la contribution additionnelle du site d’Anderlues (626 k€) mis en service fin avril 2019. La crise économique pèse sur les prix de l’électricité en Belgique mais n’a aucun impact sur l’activité en France où le Groupe bénéficie d’un tarif garanti avec obligation d’achat[1] permettant ainsi de sécuriser 86% de ses revenus[2].

Forte augmentation de la production de gaz venant limiter l’effet prix très défavorable

Sur ces 9 premiers mois de l’exercice, l’activité de production de gaz affiche un chiffre d’affaires de 1,7 M€ en retrait de 28% principalement lié à la chute du prix du gaz qui s’est accentuée sur le dernier trimestre. En effet, la mise à l’arrêt de l’activité industrielle en Asie début janvier a eu pour conséquence une réallocation des volumes de gaz vers l’Europe entrainant une baisse mécanique des prix de vente qui s’est accélérée avec la réduction drastique de la demande suite aux mesures de confinement mises en place dans les différents pays européens. Le prix de vente moyen est ainsi passé de 22,16 €/MWh en 2019 à 12,67 €/MWh en 2020, pour descendre à 11,66 €/MWh sur le troisième trimestre 2019/2020. Cette tendance baissière s’est poursuivie sur le mois d’avril dans l’attente de la reprise progressive de l’activité économique en Europe.

Néanmoins, le Groupe a enregistré sur les 9 premiers mois de son exercice, une progression de + 35% de ses volumes de production de gaz et atteint par la même occasion ses plus hauts niveaux historiques. Cette bonne performance permet ainsi à LFDE de maintenir une base solide de revenus.

Perspectives pour les exercices 2019/2020 et 2020/2021

La production du Groupe n’est pas affectée par les mesures de confinement et continue de fonctionner de manière optimale. Elle s’inscrit même à ses meilleurs niveaux avec des volumes de gaz et d’électricité en croissance depuis le début de l’exercice. Cependant, le prolongement des effets de la crise risque de maintenir à de faibles niveaux les prix de vente du gaz et de l’électricité en Belgique sur le 4e trimestre de l’exercice.

Conformément à son plan de développement, LFDE confirme l’installation d’au moins 5 nouvelles cogénérations de 1.5 MW d’ici la fin 2020, dont 2 cogénérations sur le nouveau site de Béthune, qui sera en production au 1ier janvier 2021.

LFDE constate également que les mesures de confinement imposées aux autorités administratives induisent un retard dans le traitement et la délivrance des autorisations nécessaires à la mise en place de nouveaux sites de production. Le Groupe fera un point de situation complet sur le calendrier de déploiement de ses nouvelles installations quand le déroulement de la sortie de crise sera plus lisible.

Structure financière solide et renforcement des capacités d’investissement

La structure financière de LFDE reste très solide et devrait encore se renforcer avec la finalisation prochaine d’un prêt bancaire de plus de 40 M€ dédié à l’installation de 25 cogénérations dans les Hauts-de-France et en Belgique. Même si le Groupe reste toujours en attente de certaines autorisations administratives pour certains nouveaux sites, sa réactivité et sa capacité d’exécution lui permettront de déployer rapidement ces nouvelles installations dès l’obtention de ce financement et des autorisations administratives nécessaires.

Dans un environnement économique incertain, la Française de l’Énergie poursuit son plan de croissance profitable en s’appuyant sur la résilience de son modèle.

[1] Obligation d’achat instaurée par décret du 19 octobre 2016

[2] Ratio de 86% sur base du chiffre d’affaires des 9 premiers mois de l’exercice 2019/2020