Le contexte énergétique

Le gaz occupe une place stratégique en Europe 

L’Union Européenne, dans la tendance mondiale allant vers un doublement de la demande en énergie, fait face à un double enjeu :

  • Le maintien des coûts de l’énergie pour sa compétitivité
  • La réduction de sa dépendance vis-à-vis des pays producteurs

Le gaz représente une solution pour répondre aux besoins économiques et industriels du continent : la production intermittente des énergies renouvelables (solaire, éolien) nécessite d’être compensée par des centrales thermiques flexibles.
Ce gaz naturel, tiré du charbon, est le plus compatible avec la transition énergétique : sa combustion émet deux fois moins de gaz à effet de serre que le charbon et ne pose pas de problème de particules fines ou d’autres composés nocifs. C’est une solution intermédiaire avant un renforcement de la contribution des énergies renouvelables dans le mix énergétique - selon les objectifs fixés par l’Union Européenne.

De plus, le gaz, source de dépendance représente plus de 20% de la consommation énergétique française, dont la totalité est importée.
A l’échelon européen, c’est près de 80% du gaz consommé en 2020 qui serait en provenance de pays tiers.

La promotion d’une énergie domestique

Comme la Française de l’Energie a eu l’occasion de l’expliquer dans le cadre d’une consultation organisée par la Commission européenne, l’importation de gaz ne peut donc pas être l’unique solution à ce problème de dépendance, compte tenu notamment des risques géopolitiques liés aux relations entre les pays exportateurs et l’Union européenne, et aux coûts logistiques et environnementaux - si l’on considère l’empreinte carbone du gaz transporté depuis les pays exportateurs.

Le développement d’un gaz domestique est une approche d’avenir : nous pouvons le prouver grâce aux résultats obtenus en France au cours de nos six premières années de prospection.
Les faits sont là : les ressources certifiées par la Française de l’Energie dans le sous-sol Lorrain, équivalent à 5 à 6 ans de la consommation annuelle française.
Nous avons désormais des éléments de preuve, qui sauront sans le moindre doute convaincre citoyens, décideurs, industriels et collectivités de l’impact positif de cette nouvelle opportunité.

Des besoins toujours plus importants

Tirée par la croissance démographique et économique, la demande énergétique mondiale est tendanciellement en forte croissance. Selon le rapport Energies 2050 de Jacques Percebois et Claude Mandil, publié en 2012 à la demande du gouvernement, la demande énergétique mondiale pourrait doubler à l’horizon 2050. La rareté de l’énergie tendra donc à s’accroitre dans les prochaines années si les capacités de production ne suivent pas le rythme de notre croissance démographique et économique.